L’indice ATMO

L’indice de qualité de l’air permet de caractériser de manière simple et globale la qualité de l’air d’une agglomération urbaine. Il est calculé chaque jour dans chaque AASQA et va sur une échelle va de 1 (très bon) à 10 (très mauvais).

échelle ancien indice ATMO

L’indice ATMO est composé de 4 sous-indices (allant également de 1 à 10), chacun étant représentatif des polluants suivants :

  • particules fines (PM10)
  • ozone (O3)
  • dioxyde d’azote (NO2)
  • dioxyde de soufre (SO2)

Le sous-indice le plus élevé des 4 présentés ci-dessus sera l’indice du jour.

Le calcul de l’indice est défini au niveau national sur la base de seuils réglementaires. Son calcul se base sur les stations de fond, laissant de côté les stations de mesure le long du trafic. Les sites de mesure sélectionnés pour son calcul caractérisent la pollution atmosphérique de fond des zones fortement peuplées (sites urbains) ou périurbaines (sites périurbains) :

  • pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants, il s’agit de l’indice ATMO.
  • pour les agglomérations de moins de 100 000 habitants, il s’agit de l’indice de qualité de l’air simplifié IQA, calculé sur la base d’un à quatre sous-indice(s)

A partir du 1er janvier 2021, un nouvel indice ATMO entrera en vigueur. Il intégrera les PM2.5, polluant ayant des impacts sanitaires importants, alignera ses seuils sur ceux de l’indice européen et sera calculé sur tout le territoire (et non plus uniquement sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants). Il permettra de communiquer sur un indice répondant mieux au besoin d’une information sur la qualité de l’air près de chez soi.
> Pour en savoir plus sur le nouvel indice ATMO