L’indice ATMO

L’indice Atmo, caractérise la qualité de l’air des agglomérations. Il est calculé pour les agglomérations de plus de 100.000 habitants à partir des seuils réglementaires de concentration de particules fines (PM10), de dioxyde d’azote (NO2), d’ozone (O3) et de dioxyde de soufre (SO2).

La qualité de l’air est alors exprimée sur une échelle allant de 1 (très bonne) à 10 (très mauvaise).

Seuil d’alerte : niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population. Des mesures d’urgence doivent être prises par le Préfet.

 

 

Seuil d’information et de recommandation : niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé des populations sensibles.

 

Objectif de qualité ou valeur guide : niveaux fixés dans le but d’éviter, de prévenir ou de réduire les effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement, à atteindre dans la mesure du possible.

 

Son calcul se base sur les stations de fond, laissant de côté les stations de mesure le long du trafic. En outre, il ne prend pas en compte les synergies entre les quatre polluants. Pour qu’il puisse être mieux adapté aux dispositifs actuels d’information et d’alerte, voire aux lignes directrices de l’OMS avec des sous-indices, il est en cours de révision.

Un indice de qualité de l’air est calculé chaque jour dans plus de 80 agglomérations. Il est en accès libre auprès de chaque AASQA.