huiles essentielles

Sprays assainissant et huiles essentielles : appel à la vigilance de l’Anses

Fin avril 2020, l’Anses a publié sa dernière étude concernant les sprays et diffuseurs à base d’huiles essentielles décrits comme des produits aux vertus « assainissantes » ou encore « épuratrices » d’air. Conclusion de cette étude : l’Anses lance un appel à la vigilance de la part des pouvoirs publics.

Irritations, toux, difficultés respiratoires

L’analyse des cas d’intoxication signalés aux Centres antipoison et de Toxicovigilance (CapTv) révèle des effets indésirables en conditions normales d’utilisation, notamment des symptômes irritatifs des yeux, de la gorge et du nez, et des effets respiratoires. Par ailleurs, ces produits émettent des composés organiques volatils qui peuvent constituer une source de pollution de l’air intérieur. L’Anses appelle l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de mieux informer les consommateurs sur les précautions d’utilisation, en particulier à l’égard des personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques telles que l’asthme, en raison des substances irritantes potentiellement émises par ces produits.

Absence d’intérêt pour lutter contre le coronavirus

Dans son communiqué, l’Anses rappelle également que les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus. Il est important de respecter les conditions d’utilisations de ces huiles (voie d’administration, dose, zone d’application…). L’Anses et les Centres antipoison recommandent aux personnes souffrant d’affections respiratoires (notamment les personnes asthmatiques), et aux femmes enceintes ou allaitantes, de ne pas utiliser des huiles essentielles.

> Retrouvez l’étude de toxicovigilance sur l’exposition à ces produits à base d’huiles essentielles, ainsi qu’une revue de la bibliographie scientifique sur les effets sanitaires des substances émises