préserver un air de qualité

Qualité de l’air : lancement du nouvel indice ATMO

Alors que la qualité de l’air représente un enjeu majeur de santé publique, le nouvel indice ATMO est entré en vigueur le 1er janvier 2021. Ce nouvel indice, plus représentatif de l’état de la qualité de l’air, répond aux attentes des citoyens avec une indication plus fine géographiquement de l’exposition de la population à la pollution de l’air.

L’évolution de l’indice repose sur plusieurs nouveautés :

  • il intègre un nouveau polluant réglementé : les particules fines PM2,5, aux effets sanitaires avérés. Ses seuils sont alignés sur ceux choisis par l’Agence européenne pour l’environnement;
  • il permet de fournir une prévision calculée à l’échelle de chaque établissement public de coopération intercommunale (EPCI), sur l’ensemble du territoire national, y compris outre-mer (sauf en Nouvelle-Calédonie où un indice de la qualité de l’air avec d’autres seuils spécifiques entrera en vigueur courant 2021).
  • l’échelle évolue aussi : le niveau Très bon disparaît, et le niveau Extrêmement mauvais fait son apparition. Le nouvel indice qualifie donc l’état de l’air selon 6 classes : Bon / Moyen / Dégradé / Mauvais / Très mauvais / Extrêmement mauvais ;
  • le code couleur s’étend désormais du bleu (bon) au magenta (extrêmement mauvais).

Ce nouvel indice donne une représentation différente de la qualité de l’air, ainsi la prise en compte des particules fines PM2,5 et les changements de seuils permettent de mieux décrire la qualité de l’air.

Il s’agit d’une représentation simplifiée de la qualité de l’air. Il se fonde sur des prévisions journalières et comporte une marge d’incertitude, à l’image des bulletins météorologiques.

> Pour en savoir plus, cliquez ici