logo climaera

Qualité de l’air et changement climatique : publication des travaux du projet Climaera

Le projet européen Climaera s’intéresse au lien entre le réchauffement climatique et la pollution de l’air. Présentés le 24 septembre 2020, les résultats des travaux montrent une vraie corrélation entre ces deux problématiques et la nécessité de mettre en œuvre des solutions « gagnant-gagnant » simultanément.

Climaera

L’air, le climat et l’énergie constituent des problématiques différentes et pourtant intrinsèquement liées : changements climatiques et pollution de l’air résultent des activités humaines (transports, chauffages, industries, agriculture…) sur lesquels il est possible d’agir. Les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique sont à l’origine des changements climatiques globaux. Or agir sur ces émissions peut conduire à mener des mesures antagonistes en termes d’impact sur la qualité de l’air.

Il est donc nécessaire d’agir simultanément sur l’air et le climat par la recherche de solutions “gagnant-gagnant”. Comment ? L’énergie constitue une des clefs essentielles : notre production et notre consommation d’énergie sont à la base de la majeure partie des émissions de polluants. Grâce aux stratégies de réduction de notre consommation énergétique, nous pouvons agir à la fois sur le changement climatique et la pollution de l’air.

Aussi le projet Climaera utilise une approche intégrée énergie-climat-air afin de proposer dans les régions partenaires des outils d’accompagnement pour l’élaboration des politiques publiques sectorielles. Ces outils permettent d’aider à bâtir des synergies efficaces entre les politiques climat/énergie et la protection de la qualité de l’air menant à l’amélioration de la qualité de vie sur ces territoires.

Le projet Climaera s’intègre dans le programme de coopération franco-italien Alcotra, sous l’égide de l’union européenne sur une période de trois ans (2017-2020) et a plusieurs objectifs :

  • Evaluer la qualité de l’air entre plusieurs régions françaises (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes) et italiennes (Ligurie, Piémont et vallée d’Aoste) en tenant compte des changements climatiques ;
  • Elaborer des préconisations pour diminuer les gaz à effet de serre et polluants, grâce à des scénarii d’émissions à l’horizon 2030 et 2050 et à une hiérarchisation des mesures à prendre en compte. Ces modélisations pourront aider les décideurs politiques de ces territoires à anticiper des actions adaptées (renouvellement des équipements de chauffage et du parc automobile, développement des transports collectifs…) ;
  • Mieux comprendre les freins du grand public face aux changements des comportements et définir les messages et outils les plus adaptés pour y répondre.

Les différents acteurs du projet sont Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, AtmoSud, ARPA Vallée d’Aoste et ARPA Piémonte.

> Pour en savoir plus sur le projet Climaera

Principaux résultats

Menés sur la période 2017-2020, les travaux ont montré que la qualité de l’air en 2030 devrait s’améliorer grâce à l’introduction et la mise sur le marché de technologies innovantes et moins polluantes permettant de réduire d’année en année le bilan des émissions des différents secteurs d’activité.

En revanche, une conclusion forte a été tirée du scénario à émissions constantes : la météorologie de 2030 aura pour effet d’augmenter sensiblement (jusqu’à +5 µg/m3 sur la moyenne annuelle) les concentrations de particules notamment sur la région Auvergne-Rhône-Alpes et le Piémont. Ce constat est alarmant car une évolution des gaz à effet de serre « optimiste » (RCP4.5) a été prise en compte pour les scénarios météorologiques. En effet, la hausse des particules pourrait être encore plus importante, si l’évolution des gaz à effet de serre s’avérait moins favorable.

> Retrouvez le rapport complet du projet et la synthèse des échanges du colloque du 24 septembre qui a présenté les résultats.

Une plateforme numérique a été mise en ligne par l’équipe du projet CLIMAERA. Son objectif est d’engager, via des propositions ludiques, des changements de comportements. Il est au service des citoyens et des collectivités.
Accédez à la plate-forme