logo sante publique france

Nouvelles estimations de l’impact de la pollution de l’air sur la santé des Français

Ce mercredi 14 avril 2021, Santé publique France publie une nouvelle évaluation d’impact de la pollution de l’air ambiant (PA) sur la mortalité en France métropolitaine dans le contexte du confinement du printemps 2020.

Santé publique France a effectué une étude afin de connaitre l’impact de la réduction de la pollution de l’air lors du confinement sur la mortalité et mettre en perspective cet impact sur le long terme pour la période 2016-2019 afin d’actualiser les estimations qu’elle avait produites en 2016, soit les 48 000 décès prématurés liés aux particules fines.

Pour cela, elle a étudié les impacts à court et long terme sur la mortalité en France métropolitaine de la réduction des activités du printemps 2020 et en conséquence de la baisse de la pollution de l’air au dioxyde d’azote (NO2) et particules fines (PM2,5 et PM10).

Résultats

L’étude conclut que les baisses du niveau de pollution lors du confinement du printemps 2020 ont eu des bénéfices « non-négligeables et immédiats pour la santé ».

La baisse de la pollution de l’air pendant le confinement se traduit par :

  • 2 274 décès évités grâce à la baisse en PM2,5
  • 893 décès évités grâce à la baisse en NO2

Concernant le nombre de décès prématurés par an en France attribuables à une exposition PM2,5, dans une mise en perspective plus large et de long terme (2016-2019), Santé publique France réévalue le nombre à 40 000, soit 7% de la mortalité totale de la population française. Pour le NO2, cela représente 7 000 décès soit 1% de la mortalité totale annuelle.

Néanmoins, malgré cette baisse, Santé publique France rappelle que la pollution de l’air « demeure un facteur de risque conséquent en France et que les efforts de réduction de la pollution de l’air ambiant doivent être poursuivis durablement sur toutes les sources de pollution ».

Atmo France et les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) sont partenaires de cette étude en tant que fournisseurs des données officielles de surveillance de la qualité de l’air.

> Retrouvez les résultats complets sur le site de Santé publique France

  Posté le : 14 avril 2021