indice scalair

Nouvel indice de la qualité de l’air en Nouvelle-Calédonie

Attendu depuis l’évolution de la réglementation locale et l’adoption de nouveaux arrêtés d’application de la loi sur l’air ambiant en Nouvelle-Calédonie, un nouvel indice de la qualité de l’air est en vigueur depuis le 1er décembre 2021 pour protéger la santé des calédoniens. Présentation.

Un indice de la qualité de l’air …

L’indice de la qualité de l’air en Nouvelle-Calédonie n’est pas basé sur les mêmes seuils que l’indice ATMO. Ceci s’explique par le fait que la Nouvelle-Calédonie a sa réglementation propre.

Mais il existe néanmoins des similitudes comme les polluants pris en compte (SO2, NO2, O3, PM10 et PM2.5) et la méthode de calcul (prise en compte du sous-indice le plus fort).

Les principales nouveautés de cet indice par rapport à l’ancien sont :

  • l’intégration des poussières fines PM2.5 dans le calcul de l’indice.
  • les grilles d’évaluation des sous indices ont également évolué avec des seuils abaissés pour les 4 polluants historiques (SO2, NO2, O3 et PM10) pour lesquels le niveau 4 passe désormais de Bon à Moyen et le seuil d’alerte pour les PM10, qui correspond à notre niveau 10 (très mauvaise qualité de l’air) est également abaissé, passant de 80µm/m3 à 75µg/m3.
  • Les seuils d’information et d’alerte pour l’ozone ont également été abaissé, ce qui entraine une baisse des sous-indices pour ce polluant
  • un nouveau code couleur, avec 6 couleurs associées à 6 qualificatifs, en conservant l’indice chiffré : du bleu, caractérisant le niveau 1 d’une très bonne qualité de l’air jusqu’au noir, pour le niveau 10 correspondant à une très mauvaise qualité de l’air.

…adapté aux réalités locales

Avec le développement de la modélisation et de la prévision, le principe des indices reste le même mais, l’information sur la qualité de l’air, au lieu d’être uniquement donnée sur les stations de mesure, est disponible en tout point de la zone de surveillance de Nouméa.
Seule la zone de surveillance de Nouméa est concernée par la modélisation de la qualité de l’air.

Autour de l’usine du Sud, Scal’Air dispose de deux stations (Forêt Nord et Utilités) dont la vocation est la surveillance de la qualité de l’air dans le cadre de la protection d’écosystèmes sensibles, dont les seuils à partir desquels une pollution est enregistrée, sont fixés dans la réglementation applicable aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

La station de la Base Vie est quant à elle, dédiée à la surveillance de la qualité de l’air pour la santé humaine, les seuils sanitaires y sont applicables et les grilles de calcul des sous indices identiques à ceux de Nouméa.
Ainsi pour les stations de la Forêt Nord et des Utilités, des échelles d’indices adaptées, basées sur les seuils issus de la réglementation ICPE ont été mises en place, notamment pour le dioxyde de soufre et le dioxyde d’azote, avec comme pour les seuils relatifs à la santé, une moyenne horaire comme mode de calcul

et produit par Scal’Air

Scal’Air est l’Association de surveillance de la qualité de l’air agréée par le gouvernement de Nouvelle-Calédonie pour produire et diffuser l’indice de la qualité de l’air officiel auprès de la population et des instances publiques.

Elle appartient au réseau des AASQA et adhère à Atmo France.

> Pour en savoir plus sur Scal’Air et sur ce nouvel indice

  Posté le : 07 décembre 2021