Actualités

logo pacte social et écologique

Nicolas Hulot publie avec 19 organismes un pacte social et écologique

Mardi 5 mars 2019, 19 organisations, syndicats et ONG, dont la fondation de l’ancien Ministre en charge de l’écologie, Nicolas Hulot (Fondation pour la nature et l’homme) et la collaboration du président de la CFDT, Laurent Berger, ont lancé un manifeste pour un pacte social et écologique « Quel Etat social pour le XXIe siècle ? ».  Objectif : défendre collectivement, notamment dans le cadre du grand débat national, 66 propositions pour «donner à chacun le pouvoir de vivre.

« L’heure est à la construction d’un nouveau pacte politique, social et écologique. Un pacte du court, du moyen et du long terme. Un pacte de la bienveillance et du commun : un pacte pour l’humain et pour l’humanité. Un pacte pour tous et pour la planète. Un pacte du pouvoir de vivre, aujourd’hui et demain, dans la dignité et le respect, un pacte qui nous engage tous » indiquent les organisations signataires.

Ce pacte social est une forme de manifeste à l’adresse du gouvernement et des citoyens qui a vocation à « rendre définitivement indissociables l’enjeu écologique et l’enjeu social » précise Nicolas Hulot, en ajoutant qu’il ne s’agit pas « d’un front de dénonciation, mais de proposition ».

Parmi ces 66 propositions diverses regroupées en 4 axes, on retrouve :

  • Répondre à l’évolution fulgurante des technologies : en offrant des protections adaptées aux nouvelles formes d’emploi nées de la société hyperindustrielle ;
  • Promouvoir un système économique écologiquement plus soutenable : par l’accompagnement de la civilisation dans sa sortie indispensable du dogme aveuglément productiviste qui sous-tend la logique lucrative du capitalisme ;
  • Accompagner l’évolution des modes de vie : par la promotion de l’égalité homme/femme, par l’individualisation des prestations sociales et émanciper les activités de soin, en pleine expansion, de la logique marchande ;
  • Relever le défi des migrations et de l’internationalisation : par l’intégration des migrants dans notre nouveau pacte social et écologique et par l’organisation au niveau international d’une convergence vers le haut des politiques sociales.

Dans l’axe promouvant un nouveau système économique pour l’écologie, sont abordés le climat, l’extinction des ressources et la pollution. Il est demandé concrètement « de relativiser la centralité du travail marchand et la logique productiviste, en donnant un statut de droit solide aux activités qui sont socialement et écologiquement utiles ». La protection de l’environnement est citée comme telle, et les politiques sont invités à accompagner cette démarche par l’adoption d’un mode de financement et un cadre juridique susceptible de valoriser ces activités. Une application plus large du principe « pollueur payeur » est notamment proposée.

L’acceptation politique du manifeste est plutôt mitigée, certains parlent d’un discours trop ambitieux, d’autres de convergence avec les propositions du parti socialiste, tandis que d’autres comme Mathieu Orphelin salue « une contribution importante dans le grand débat national ». En effet, ce manifeste rentre dans le cadre du grand débat national actuel.

On compte également comme signataires : France Nature Environnement, le Réseau Action Climat, Humanité et Biodiversité, la Cimade…

> Téléchargez le manifeste