mask paca

Mask@paca : quels liens entre qualité de l’air et rhinite allergique ?

Le projet Mask@PACA a pour objectif d’évaluer l’impact de la qualité de l’air sur la rhinite allergique, ceci afin de mettre en place des dispositifs de prévention adaptés. AtmoSud, l’observatoire de la qualité de l’air en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, apporte son expertise afin de mesurer l’exposition à la pollution et aux allergènes et d’évaluer l’impact de la qualité de l’air sur les symptômes d’allergies respiratoires.

La rhinite allergique saisonnière, c’est quoi ?

La rhinite allergique saisonnière ou allergie saisonnière, se produit toujours à la même période de l’année. Cette forme de rhinite allergique est essentiellement liée aux pollens des arbres, graminées et herbacées.
Elle déclenche différents symptômes plus ou moins invalidants à la même saison.
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les allergies se classent au 4ème rang des maladies chroniques dans le monde, d’ici 2050 une personne sur deux sera allergique. Une rhinite peut évoluer vers des problèmes respiratoires bronchiques potentiellement graves : 30 % des rhinites non traitées évolue vers de l’asthme.

Lien qualité de l’air et rhinite saisonnière ?

Plusieurs facteurs environnementaux comme la pollution extérieure due aux émissions industrielles, au trafic ou autres, peuvent amplifier la réponse aux pollens inhalés.

Le lien entre pollution, climat, allergènes et santé respiratoire est aujourd’hui connu, mais nécessite des études complémentaires pour mieux comprendre les mécanismes et les moyens de prévention qui peuvent être mis en place.

Le projet Mask@Paca a cette volonté via l’étude MISTRAL qui va évaluer les liens existants entre l’exposition aux pollens, à la pollution atmosphérique, et les symptômes de rhinite allergique auprès de 1200 habitants volontaires sur le territoire d’Aix-en-Provence, Marseille et de l’étang de Berre. L’originalité de cette étude observationnelle est dans le fait qu’elle se base sur le ressenti des personnes participantes de tous les jours qu’elle croisera avec les données de pollution et de pollinisation. L’étude MISTRAL consiste donc à observer ce qu’il se passe dans la vraie vie.

Coupler des données de pollution (AtmoSud), des données polliniques (RNSA) avec des données de santé, recueillir des données en vie réelle et réaliser des analyses de données adaptées et faire des prédictions. Tels sont les objectifs de Mask@PACA dont les résultats seront accessibles en 2023.

Un projet multi partenarial

Le projet est cofinancé par l’Union Européenne avec les fonds Feder régionaux Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il mené avec différents partenaires :
• Santé : MASK-air, KYomedINNOV, APPA
• Territoires : Aix-Marseille Provence, Ville de Saint-Chamas, Eurobiomed
• Pollens : RNSA avec la mise à disposition de données d’exposition pollinique
• Pollution de l’air : AtmoSud avec la mise à disposition de données qualité de l’air

> Pour en savoir plus : https://mask-paca.com/accueil/

  Posté le : 13 juillet 2021