Actualités

air intérieur

Les Français mal informés sur la qualité de l’air intérieur ?

Bien que les études et les initiatives se développent au sujet de la qualité de l’air intérieur, la sensibilisation auprès du grand public est un enjeu important.

En effet, nous passons 85% de notre temps dans des endroits clos (domicile, transport, lieu de travail, etc.) et l’air y est parfois 5 fois plus pollué que l’air extérieur d’après l’Ademe.

Les sources de pollutions intérieures se distinguent en trois catégories :

  • Polluants chimiques : composés organiques volatils (COV), oxydes d’azote (NOx), monoxyde de carbone (CO), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), phtalates, etc. ;
  • Bio contaminants : moisissures, allergènes domestiques provenant d‘acariens, d’animaux domestiques et de blattes, pollens, etc. ;
  • Polluants physiques : particules et fibres (amiante, fibres minérales artificielles), etc. ;

(source ANSES)

Toutefois, elles restent encore trop peu connues. D’après une enquête menée par l’institut Harris interactive pour le constructeur IGC, 43% des français n’ont jamais entendu parler des COV. Seuls 3% des personnes interrogées déclarent très bien connaître cette notion. D’après la même étude, « ce sont les habitants du Nord-Ouest qui semblent les mieux informés, puisque 61 % d’entre eux affirment connaître les COV, contre seulement 53 % en Ile-de-France. ».

Bien que mal informées, la majorité de ces personnes souhaitent cependant améliorer la qualité de l’air de leur logement (« 86 % de la population aimerait améliorer la qualité de son air intérieur).

> Pour un complément d’information sur cette étude, consultez l’article de Seloger.com et l’interview Jacques Dufort Président d’IGC sur France bleu.

Pour autant, les informations fournies par notre réseau sur le sujet ne manquent pas. Beaucoup d’AASQA ont une page dédiée insistant sur les bonnes pratiques à adopter. Voici quelques exemples : Air Breizh, AtmoSud, Air Pays de la LoireAtmo Bourgogne-Franche-Comté, Atmo Réunion, Hawa Mayotte…

Ou bien sur les réseaux sociaux

[Air intérieur] Notre environnement est composé de produits chimiques et les meubles de notre logement n’y échappent apparemment pas. Des toxines ont été retrouvées dans les urines et le sang d’enfants.

Publiée par Atmo Hauts-de-France sur Lundi 4 mars 2019

 

La Fédération Atmo France propose également une plaquette sur la qualité de l’air intérieur pour les collectivités territoriales.