vélo et piétons

Inhalation des particules plus importante pour les cyclistes et piétons

Les mesures d’exposition individuelle à la pollution de l’air, qui se font en général au lieu de résidence, ignorent deux paramètres majeurs : l’exposition beaucoup plus importante lors des trajets et les variations des volumes d’air, et par conséquent de la quantité de polluants aériens, inhalés en fonction de l’activité physique des personnes lors de leurs déplacements.

Une équipe de scientifiques de l’Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique et de l’Inserm s’est intéressée à l’impact de ces paramètres dans l’exposition au carbone suie, polluant aérien considéré comme un des meilleurs marqueurs du trafic routier, qui peut provoquer des maladies respiratoires chroniques, des atteintes neurologiques et des maladies cardiovasculaires.

Les travaux se sont appuyés sur le suivi des déplacements dans la Métropole du Grand Paris de 283 participants pendant 6 jours, chaque participant étant équipé d’un capteur mesurant la concentration aérienne de carbone suie au niveau de leur zone de respiration.

Les résultats de ces travaux publiés dans Environment Intenational montrent que, bien que la marche à pied et le vélo exposent l’usager à une concentration en carbone suie très inférieure à celle des transports motorisés (en commun ou privatifs), l’augmentation de la ventilation due à l’activité physique entraîne l’inhalation de quantités plus importantes de ce polluant.

« Il est toutefois important de préciser que l’inhalation de polluants aériens ne constitue qu’un élément du tableau des bénéfices et des risques associés aux différents modes de transport, et qu’il faut également considérer les autres pièces du puzzle que sont l’exposition au bruit, le stress dans les transports et l’activité physique réalisée, pour laquelle la pratique de la marche et du vélo est largement recommandée » précise l’étude.

> Retrouvez l’étude complète en anglais

  Posté le : 21 janvier 2022