incendie sur une péniche sablons

Incident d’une péniche transportant du chlorure de vinyle à Sablons

Depuis la semaine dernière, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l’observatoire de la qualité de l’air en région Auvergne-Rhône-Alpes, surveille la qualité de l’air autour d’un incident qui s’est déroulé dans la nuit du 17 au 18 février : une péniche transportant du chlorure de vinyle (gaz extrêmement inflammable et cancérigène avéré) a été endommagée en sortant de l’écluse de Sablons sur le Rhône, dans l’Isère.

Surveillance du chlorure de vinyle dans l’air environnant


Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a été sollicitée par les services de l’Etat mardi 18 février pour réaliser des mesures du chlorure de vinyle dans l’air environnant. Un dispositif de surveillance est alors été mis en place, avec des prélèvements par canister sur 8 ou 24h. Les analyses sont ensuite réalisées par le laboratoire de chimie de l’AASQA le plus rapidement possible, pour être intégrées à un bilan quotidien transmis aux autorités et diffusé sur le site d’Atmo Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Au total plus de 130 échantillons auront été prélevés et analysés.

Les mesures effectuées depuis le 18 février permettent d’évaluer l’exposition de la population pendant les différentes phases de l’événement : expertise de la péniche après l’accident, sécurisation, colmatage des fuites, dépotage.
Les prélèvements sont réalisés au niveau des zones habitées et viennent en complément de prélèvements réalisés par un bureau d’études (ITGA) en proximité immédiate de la péniche, et des mesures temps réel effectuées par les pompiers.

La phase de dépotage consiste à pomper le chlorure de vinyle présent dans la péniche accidentée pour le déplacer dans un autre bateau, la péniche n’étant plus en état de naviguer. Cette opération, au vu de sa complexité, a nécessité une importante phase préparatoire et n’a pu débuter que le 4 mars. L’opération de dépotage de 2 des 8 cuves contenant le CVM étant très délicate, le Préfet a élargi le périmètre d’interdiction d’accès et évacué une cinquantaine de personnes du dimanche 08 au mardi 10 mars matin.

Dès mardi 18 février, six points de mesures avaient été investigués. Le jeudi 20 février, au vu des premiers résultats et de l’évolution des conditions météorologiques, le dispositif avait été adapté pour ne conserver que trois sites : proche du lieu de l’incident, au nord et au sud (sous les vents dominants).

A compter du 6 mars, afin d’évaluer au mieux l’impact potentiel de la phase la plus délicate de l’opération de dépotage, un quatrième site a été installé.

Variabilité des résultats


Les résultats mettent en évidence une importante variabilité des résultats, liée notamment aux conditions météorologiques mais aussi aux opérations de stabilisation et sécurisation de la péniche. Depuis le 29 février, les taux sont en baisse significative par rapport aux jours précédents.

Les mesures de la qualité de l’air perdureront tout au long des opérations de mise en sécurité et de dépotage de la péniche et se poursuivront quelques jours au-delà afin de disposer d’un point de comparaison hors événement .

L’expertise d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes


Atmo Auvergne-Rhône-Alpes dispose d’une expérience de quelques années dans la surveillance du chlorure de vinyle monomère, dans le cadre d’un partenariat avec un de ses membres industriels, KemOne, qui utilise le CVM (la péniche endommagée allait livrer KemOne). Elle fait partie également des 3 AASQA qui participent à l’expérimentation dans l‘implication des AASQA dans la gestion des situations incidentelles ou accidentelles, concernant les établissements industriels mettant en oeuvre des substances dangereuses et susceptibles d’engendrer des émissions accidentelles à l’extérieur du site.

> Retrouvez toutes les informations communiquées par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes sur leur page web dédiée.