alerte épisode de pollution

Episode particules fines PM10 sur une partie du pays – 25 mars 2022

C’est l’occasion pour Atmo France de rappeler les impacts délétères sur la santé de la pollution de l’air et l’importance de la mobilisation de tous pour s’en protéger et la diminuer !

Informations sur la hausse des concentrations de particules fines PM10

Les conditions anticycloniques installées sur l’ouest de l’Europe favorisent l’accumulation de la pollution et la hausse des concentrations des particules. Ainsi les niveaux de concentrations en particules fines PM10 seront aujourd’hui assez élevés à élevés sur la moitié nord de la France métropolitaine avec des dépassements de seuils d’information et recommandation (50 microgrammes/m3)

Les sources à l’origine des épisodes de pollution particulaires sont multiples : trafic routier, industrie, chauffage résidentiel (du fait de nuits et matinées fraiches), agriculture (émission d’ammoniac). A noter que les vents de secteurs nord-est apportent des masses d’air d’origine continentale chargées de particules qui contribuent également à cet épisode.

Quels sont les impacts de la pollution de l’air sur la santé?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la pollution de l’air est le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. Les particules contribuent significativement à ces conséquences sanitaires. En effet, depuis de nombreuses années, les études scientifiques montrent clairement que l’inhalation des particules en suspension dans l’air est à l’origine de l’apparition ou de l’aggravation de diverses pathologies chez l’homme.

En France, Santé publique France estime chaque année que près de 40 000 décès seraient attribuables à une exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines. Ainsi l’exposition à la pollution de l’air ambiant représente en moyenne pour les personnes âgées de 30 ans et plus une perte d’espérance de vie de près de 8 mois pour les PM2,5.

> Retrouvez le dossier thématique « les enjeux de la santé » d’Airparif

S’informer sur la qualité de l’air dans sa région

Pour connaître la qualité de l’air, il existe deux outils différents et bien distincts :

  • L’indice de la qualité de l’air ATMO : l’indice ATMO est un indice de communication qui donne une prévision de la qualité de l’air établi à partir des données sur 5 polluants (l’ozone, le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2) et les particules en suspension (PM10 et PM2.5)) et suivant des seuils spécifiques alignés sur les seuils de l’indice européen de la qualité de l’air.
  • Les épisodes de pollution : un épisode est déclenché à partir des données sur 4 polluants (l’ozone, le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2) et les particules en suspension (PM10)) et selon des seuils spécifiques différents de l’indice ATMO. Lorsqu’il y a un épisode, des recommandations comportementales et sanitaires sont diffusées.

Ainsi un indice ATMO mauvais ne va pas forcément indiquer la présence d’un épisode de pollution. Il n’y a pas de corrélation directe entre les deux.

Pour connaître les niveaux de pollution à échelles régionale et locale, consultez les sites internet des AASQA.

Le rôle des Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA)

Les AASQA ont comme mission réglementaire d’informer quotidiennement les préfets sur la qualité de l’air observée et prévisible, en cas d’épisode de pollution atmosphérique et de les alerter en cas d’identification d’un épisode de pollution atmosphérique pouvant être consécutif à un incident ou accident technologique.

Elles doivent aussi informer quotidiennement le public sur la qualité de l’air observée et prévisible et donc en cas d’épisode.

Certaines AASQA ont une délégation de la préfecture. Dans ce cas, elles peuvent déclencher la procédure et relayer les informations et recommandations préfectorales relatives aux épisodes de pollution ou à un incident ou accident technologique susceptible d’avoir un impact sur la qualité de l’air.

> Téléchargez le communiqué de presse

  Posté le : 25 mars 2022