Epand’Air : au service de l’agriculture et de la qualité de l’air

Afin de réduire la volatilisation d’ammoniac lors des épandages agricoles, Atmo Hauts-de-France, l’observatoire de la qualité de l’air en Hauts-de-France, et la Chambre d’Agriculture du Nord-Pas-de-Calais ont mené durant 3 ans un projet d’étude collaboratif avec les professionnels agricoles Les résultats de cette étude « Epand’Air » sont sortis en septembre 2020. Zoom sur ce projet innovant où riment agriculture et qualité de l’air.

L’impact des épandages d’engrais sur la qualité de l’air

Dans les Hauts-de-France, les épisodes de pollution aux particules sont fréquents et proviennent de sources différentes parmi lesquelles le transport, le chauffage résidentiel ou tertiaire, les activités industrielles ou encore les activités agricoles. Ces activités agricoles sont principalement concernées par les rejets d’ammoniac, qui vont réagir dans l’atmosphère pour former des particules. Ces émissions d’ammoniac d’origines agricoles sont principalement dues à l’épandage d’engrais minéraux organiques (fumier, lisier…). En plus d’être une perte pour la plante, cette volatilisation peut avoir un impact sur la qualité de l’air.

Epand’Air

Epand’Air a pour objet d’accompagner les professionnels agricoles dans leurs pratiques d’épandage afin de limiter les émissions d’ammoniac dans l’atmosphère. Pour y parvenir, des échanges ont eu lieu avec eux pour déterminer les solutions (matériels, pratiques) les plus adaptées pour la qualité de l’air.
Plusieurs étapes ont été suivies :

  • Des échanges avec les agriculteurs sur leurs connaissances de la qualité de l’air, l’identification des contraintes (réglementaires, opérationnelles…) dans leurs pratiques d’épandage et leurs leviers / freins aux évolutions de pratiques
  • Des tests de différentes pratiques d’épandage sur une parcelle agricole / mesure de la volatilisation selon les différentes méthodes utilisées
  • La scénarisation des pertes d’azote par volatilisation selon les pratiques/matériels d’épandage
  • Le partage des résultats avec un groupe d’agriculteurs en vue d’une communication plus large avec la profession agricole

Résultats

Des solutions ont été identifiées et mises en pratique avec la réalisation d’essais sur une parcelle agricole et avec des retours d’expérience suite aux essais terrains. Ils ont montré les résultats encourageants :

Sur les engrais minéraux
D’après les données bibliographiques, le taux de volatilisation est très différent selon les méthodes utilisées (épandage suivi d’un enfouissement, utilisation de matériel spécifique pour incorporer l’engrais…). En réalité, les essais ont révélé très peu de volatilisation et ce quelle que soit la méthode. Ces résultats s’expliquent par les précipitations survenues 3 jours après l’épandage. Épandre avant une pluie apparaît donc comme un moyen efficace pour limiter la volatilisation de l’azote lors des épandages. Cette conclusion est confirmée par d’autres essais menés par ARVALIS. En utilisant du matériel de localisation voire d’injection ou en s’organisant pour épandre avant une pluie ou en fonction du travail du sol, les émissions d’ammoniac peuvent être diminuées de 85%

Sur les engrais organiques
Les résultats obtenus après l’épandage de lisier de porc sont en accord avec la bibliographie. La volatilisation est la plus faible avec les matériels qui permettent de déposer le lisier au plus près du sol voire de l’enfouir limitant ainsi le contact entre le lisier et l’air. Les essais ont également montré que le pré travail du sol, l’enfouissement immédiat ou l’épandage sur un couvert permettent de limiter significativement la volatilisation. Il existe donc plusieurs solutions pour les engrais organiques liquides.

Le travail se poursuit pour :

  • informer les agriculteurs sur les solutions possibles liées à l’épandage agricole afin de diminuer la volatilisation de l’azote dans l’air, notamment sur les aides financières possibles.
  • sensibiliser les agriculteurs autour de l’enjeu “épandage et qualité de l’air” ainsi que le monde agricole et le grand public en soulignant la capacité d’action de chacun.
  • encourager les agriculteurs à intégrer les techniques d’épandage les plus respectueuses de l’environnement et les plus intéressantes économiquement pour leurs cultures.

Un projet multi-acteur pour l’agriculture et la qualité de l’air

Epand’Air est soutenu financièrement par l’ADEME et le ministère de la Transition écologique, et en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Il est porté par le service environnement des Chambres d’Agriculture des Hauts-de-France et du Nord-Pas-de-Calais en partenariat avec :

  • Atmo Hauts-de-France : Observatoire de l’air régional en Hauts-de-France – lien pour les données qualité de l’air, volet communication et volet sociologique avec l’appui d’une sociologue
  • ARVALIS : Institut du Végétal – nombreuses références sur la volatilisation lors des épandages
  • SATEGE : expertise en matière d’épandage, accompagnement des agriculteurs
  • GIEE réduction d’intrants – Démarche clim’agri du Ternois : groupe d’agriculteurs

> Pour en savoir plus, consultez le site d’Atmo Hauts-de-France