Actualités

Célébration des 20 ans de Madininair

Le 24 juin dernier, l’Association agréée de surveillance de la qualité de l’air en Martinique, Madininair, a soufflé sa 20ième bougie d’existence. C’est l’occasion de présenter cet observatoire actif et dynamique ultramarin.

Tout d’abord, pour Madininair ? Cela vient du nom originelle de la Martinique (Madinina).

La création de Madininair fait suite à la Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie (LAURE) du 30 décembre 1996. Ainsi, le 24 décembre 1998, Madininair est agréé par le Ministère en charge de l’Environnement, pour la surveillance de la qualité de l’air en Martinique.

Quelques mois plus tard, un premier salarié est recruté pour mettre en oeuvre les premières mesures de la qualité de l’air sur l’île. Il s’agit de Stéphane GANDAR : directeur, aujourd’hui encore, de la structure.
En 2001, Madininair comptait trois collaborateurs. En 2019, c’est une équipe de 15 salariés au service du territoire pour agir sur les enjeux de la qualité de l’air…

Madininair intervient sur de larges problématiques d’air ambiant et intérieur, devenant ainsi un véritable observatoire régional de la qualité de l’air. Elle mesure plus d’une vingtaine de polluants. Aux 4 polluants réglementaires, se sont ajoutés : les métaux lourds, le benzène, les HAP, l’hydrogène sulfuré… Et d’autres devraient arriver, comme les pollens, les particules ultrafines, etc.

L’association a également développé au fil des années, un travail de prévision de la qualité de l’air à partir des mesures, des modélisations (cartographies et scénarisations) et l’inventaire des émissions des polluants atmosphériques. Grâce aux outils numériques et une plus forte animation territoriale, elle a amélioré l’information et la sensibilisation de la population et des acteurs locaux que ce soit au quotidien et lors des épisodes de pollution

Son réseau de surveillance de la qualité de l’air est aujourd’hui composé de 11 stations fixes réparties sur l’ensemble du territoire. Il est complété par 2 unités mobiles de surveillance, des préleveurs passifs et actifs ainsi que des microcapteurs.

En 2005, Madininair a mis en place son propre laboratoire de chimie lui permettant d’effectuer en interne l’analyse de ses prélèvements par tubes passifs de dioxyde d’azote ainsi que, depuis peu, le dosage des matières en suspension et la détermination massique des retombées atmosphériques. Elle dispose également d’un laboratoire interrégional d’étalonnage, accrédité COFRAC 17025 depuis mars 2019, permettant d’assurer la fiabilité et la qualité des mesures automatiques dans la zone Antilles-Guyane.

> Pour plus d’information sur Madininair et ses actualités, consultez son site internet