Actualités

brume de sable

Brumes des sables et qualité de l’air

Les Antilles Françaises sont touchées périodiquement, principalement d’avril à octobre, par des épisodes de brumes de sable. Ce phénomène est un processus naturel qui correspond à la capture des sables de 5 zones du Sahara transportés par les vents jusqu’aux Antilles et en Guyane. Ces brumes sont chargées de particules fines et en « pollen, moisissures ou encore fragments de cellules ». Elles sont donc néfastes pour la santé et en particulier pour les personnes vulnérables (personnes âgées, femmes enceintes, nourrissons, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires et respiratoires, etc.).

Elles ont également des conséquences sur les naissances prématurées. C’est ce que conclut l’étude ci-attachée qui vient d’être publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine le 19 mars 2019.

Cette étude, à l’initiative de l’INSERM, l‘IRSET (Institut de recherche en santé, environnement et travail) en partenariat avec Gwad’Air, l’Institut Pasteur de Guadeloupe, l’EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique) et son laboratoire de recherche le LERES, le Centre Hospitalier Universitaire de Guadeloupe et l’Université de Bogota, est menée depuis 2016 et s’inscrit le cadre d’un projet appelé BrumiSaTerre.

Elle démontre que « le risque d’accouchement prématuré est multiplié par trois pour une augmentation de seulement 10 microgrammes par mètre cube de l’exposition moyenne aux particules fines dites PM10 », risque renforcé par les brumes de sables. Basée sur 909 grossesses en Guadeloupe, elle fait ressortir un taux d’accouchements prématurés (avant 37 semaines) plus de deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Toutefois, bien que néfaste pour la santé, ces brumes favorisent la fertilisation des sols aux Antilles (retrouvez l’article de RFI sur ce sujet via ce lien).

> Pour en savoir plus sur l’étude :

> Pour mieux connaître le phénomène des brumes de sables, visionnez la vidéo ci-dessous :