Actualités

Agriculture et qualité de l’air : fatalité ou opportunité ?

A l’occasion du Salon international de l’agriculture 2019, une mini conférence présidée par Jean-Luc Fugit, Président du Conseil National de l’Air et Antoine Henrion, élu référent air à la Chambre d’agriculture de France (APCA) a eu lieu le 26 février 2019 sur le thème « Agriculture et qualité de l’air : fatalité ou opportunité ».

Les intervenants ont abordé la thématique de manière positive pour éveiller les consciences et susciter des solutions, en invitant tout le monde en ces périodes de pics de pollution, à se préoccuper de la qualité de l’air.

Atmo France retient de ces interventions que :

  • le problème de la pollution de l’air ne réside pas dans les pics de pollution mais bien dans la pollution constante à laquelle chacun et chacune d’entre nous sommes soumis chaque jour : « Arrêtons de croire que quand on est chez nous, nous sommes à l’abri » précise Jean-Luc Fugit invoquant l’enjeu de la qualité de l’air intérieur ;
  • Jean-Luc Fugit : « Nous sommes tous responsables et victimes de la pollution » par nos pratiques (mobilité, chauffage aux bois, industrie et agriculture), invitant à ce que tous, nous nous impliquions dans l’amélioration de la qualité de l’air en réduisant les impacts et les émissions à l’exposition ;
  • Antoine Henrion : « La pollution de l’air impacte les productions de blés en France (…). On recense 1 million de manque à gagner dans les productions de blé » « C’est la mobilisation de tous les secteurs qui fera qu’on améliorera le bilan de la qualité de l’air » ;
  • Jean-Luc Fugit évoque le transfert des matières entre les milieux dont il doit être tenu compte (eau, biodiversité) : « Je considère qu’en matière de politique publique nous n’avons pas suffisamment de transversalité sur l’air ». Il poursuit en disant « on a une tendance en France à conduire nos politiques environnementales de manière trop sectorielle, il faut sur la problématique de la qualité de l’air s’intéresser aux problèmes de transport, mobilité, d’urbanisme etc… » « L’agriculture a effectivement un rôle à jouer sur la diminution de cette pollution »

Antoine Henrion et Jean-Luc Fugit concluent en insistant sur le besoin en accompagnement du secteur agricole dans la démarche d’amélioration de la qualité de l’air et que chacun y contribue par l’amélioration de son comportement personnel qui permettra d’alléger les impacts sur notre santé, notre environnement et le rendement agricole car les agriculteurs sont également « victimes de cette pollution ».

Ils saluent par ailleurs l’organisation du colloque Agriculture et qualité de l’air, par l’APCA et Atmo France en février 2018, qui était un bon exemple de collaboration intersectoriel, notamment via les projets mis en place et encore en cours.